Désindustrialisation : les fermetures d’usines en France 2009-2011

Depuis le 1er janvier 2009, l’Observatoire de l’investissement de Trendeo, base de données publique commercialisée par abonnement, a enregistré plus de 20 000 annonces d’investissement et de désinvestissement dans tous les secteurs et toutes les régions de l’économie française. Cela correspond à plus de 480 000 emplois créés et 572 000 emplois supprimés. La note suivante détaille plus précisément la situation de l’industrie et conclut à une amélioration très précaire de la situation de l’industrie.

Les emplois dans le secteur de l’industrie manufacturière

Depuis 2009, le secteur de l’industrie manufacturière détruit plus d’emplois qu’il n’en crée, pour un nombre de près de 100 000 emplois industriels perdus sur trois années. Alors que dès 2010 l’économie française prise globalement a recommencé à créer des emplois, l’industrie continue d’en supprimer. Le rythme de ces suppressions se réduit néanmoins.

 

2009

2010

2011

Industrie manufacturière

-79 870

-14 294

-5 105

Ensemble de l’économie

-117 338

12 665

18 294

Solde net des emplois créés ou supprimés dans les annonces d’investissement et de désinvestissement relevées par l’Observatoire de l’investissement de Trendeo

Des sous-secteurs manufacturiers diversifiés

Quelques sous-secteurs ont continué à créer des emplois

L’industrie manufacturière regroupe un grand nombre de sous-secteurs, dont certains ont continué à créer des emplois sur la période 2009-2011. Les trois plus importants sont la construction aéronautique et spatiale, entraînée par Airbus ; les industries alimentaires ; les industries du cuir et de la chaussure – principalement grâce à la maroquinerie de luxe. On peut remarquer que le secteur aéronautique évolue à contre sens de l’amélioration constatée depuis 2009, puisque le solde annuel des emplois créés, s’il reste positif, se réduit très sensiblement.

 

2009

2010

2011

Total

Construction aéronautique et spatiale

1 596

1 167

462

3 225

Industries alimentaires

375

649

312

1 336

Industrie du cuir et de la chaussure

-551

996

779

1 224

Solde net des emplois créés ou supprimés dans les annonces d’investissement et de désinvestissement relevées par l’Observatoire de l’investissement de Trendeo

 

Les secteurs qui ont supprimé des emplois

L’automobile est, de loin, le sous-secteur manufacturier qui a détruit le plus d’emplois sur la période, avec près de 30 000 emplois supprimés – sans compter les emplois dans d’autres sous-secteurs participant à la filière automobile, comme la plasturgie. Viennent ensuite la pharmacie, le matériel électronique, informatique et optique, la chimie et la métallurgie.

 

2009

2010

2011

Total

Industrie automobile

-22 825

-5 717

-798

-29 340

Industrie pharmaceutique

-3 109

-1 925

-1 790

-6 824

Matériel informatique, électronique et optique

-6 509

-428

340

-6 597

Industrie chimique

-5 623

-361

-564

-6 548

Métallurgie

-3 950

-1 124

-1 386

-6 460

Solde net des emplois créés ou supprimés dans les annonces d’investissement et de désinvestissement relevées par l’Observatoire de l’investissement de Trendeo

La baisse du nombre de sites industriels

L’Observatoire de l’investissement de Trendeo permet d’analyser la désindustrialisation avec deux critères : le secteur de la société (défini par la nomenclature INSEE) et par le type d’activité du site (nomenclature définie par Trendeo). Nous enregistrons ainsi, pour annonce concernant un site de production, le secteur de la société (automobile par exemple) et le type d’activité mené sur le site (services, R&D, production industrielle, centre d’appels, point de vente…) Ceci permet de préciser les analyses sur la désindustrialisation en cernant uniquement les emplois créés ou supprimés sur les sites industriels.

Cela permet de constater que depuis 2009 les fermetures de sites industriels dépassent régulièrement les créations de sites industriels, même si ce solde négatif tend heureusement à se réduire. Sur la période 2009-2011, le nombre de sites industriels a diminué de 385 unités. En moyenne, les établissements créés ou, en sens inverse, supprimés, emploient une soixantaine de salariés.

2009

2010

2011

Total

Créations de sites industriels

139

213

142

494

Fermetures de sites industriels

397

286

196

879

Différence

-258

-73

-54

-385

Fermetures et créations de sites industriels, en nombre d’opérations recensées

 

Prise en compte des extensions de sites et des réductions d’effectifs

Nous comptabilisons à part les investissements conduisant à des extensions d’effectifs sur des sites existants et, en sens inverse, les désinvestissements conduisant à des réductions d’effectifs sans fermeture du site. Ceci permet d’avoir une vue plus complète du nombre de sites affectés par des investissements ou des désinvestissements.

 

2009

2010

2011

Total

A – Créations de sites industriels

139

213

142

494

B – Extensions de sites industriels

204

326

341

871

(A+B) Sites industriels bénéficiant d’un investissement

343

539

483

1 365

C – Fermetures de sites industriels

397

286

196

879

D – Réductions d’effectifs sur un site industriel

745

276

151

1 172

(C+D) Sites industriels subissant un désinvestissement

1 142

562

347

2 051

En nombre d’opérations recensées

On constate ainsi que les extensions de sites industriels existants sont plus nombreuses que les créations (871 extensions sur la période 2009-2011, contre 494 créations de sites). De la même façon, les sites concernés par des réductions d’effectifs sont plus nombreux que les sites frappés par une décision de fermeture (1172 fermetures pour la période 2009-2011, contre 879 sites touchés par des réductions d’effectifs).

Signe positif, en 2011, les sites industriels ayant bénéficié de mesures d’investissement ont été plus nombreux que les sites subissant un désinvestissement, total ou partiel.

En termes d’emploi industriel global, le solde reste néanmoins négatif notamment parce que les réductions d’effectifs touchent en moyenne plus de salariés que les extensions de sites – une cinquantaine de suppressions de postes sont constatées en moyenne pour les réductions d’effectifs, contre une quarantaine d’emplois créés en moyenne pour une décision d’extension.

*

Cette note a été rédigée pour le journal Les Echos, qui en a tiré un article titré « Désindustrialisation : près de 900 usines françaises ont été fermées en trois ans« 

Les données ont été ensuite reprises par de nombreux médias :

AFP / Le Monde : Près de 900 usines françaises ont fermé en trois ans

BFM Business : L’industrialisation de la France au cœur de la campagne présidentielle

Reuters / Le Point : Neuf cents usines fermées en France depuis 2009, selon une étude

France Soir : Crise : 100.000 destructions d’emplois depuis 2009

L’Humanité : Perte de 100 000 emplois industriels et de 900 usines en France en 3 ans

Ouest France : Désindustrialisation. Faut-il passer par le « Made in France » ?

Boursier.com : 900 usines et 100.000 emplois perdus en France en trois ans, qui dit mieux ?

Europe 1 : 900 usines fermées en trois ans en France

Le Figaro : La France a perdu près de 900 usines en trois ans

Le Nouvel Observateur : 900 usines fermées et 100.000 emplois supprimés en trois ans

 

14 Responses to Désindustrialisation : les fermetures d’usines en France 2009-2011

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *