Bruno Le Maire s’en prend aux constructeurs automobiles français. (Cf. article BFM)

Les données de Trendeo sur l’emploi dans le secteur automobile en France, de 2009 à 2019, montrent qu’en effet, dans les 50 778 emplois perdus, PSA et Renault sont les principaux foyers de perte.

Le graphique ci-dessous montre aussi que c’est tout un tissu de sous-traitants (plus de 300) qui a alimenté ces pertes d’emplois à hauteur de 18 000 emplois identifiés.

Enfin, le cas de Toyota montre que l’on peut produire en France des modèles populaires. La mission confiée à Hervé Guyot s’annonce donc complexe mais également indispensable, sur fond de progression des véhicules électriques (notre analyse de l’investissement industriel mondial dans l’automobile notait un retard européen dans ce domaine – voir l’article : Baromètre mondial de l’investissement industriel, édition 2019.