Comparaison des indicateurs usines
Trendeo et Usine Nouvelle

L’Usine Nouvelle a publié son Bilan industriel 2019[1], avec un solde des ouvertures d’usines supérieur à celui des fermetures (+30), en croissance régulière depuis 2017. Pour Trendeo, l’année 2019 devrait se terminer avec un solde légèrement négatif, après trois années positives (2016-2018) – les données Trendeo actualisées seront publiées fin janvier 2020. La divergence des résultats incite à une comparaison détaillée des deux indicateurs.

Le périmètre sectoriel

L’Usine nouvelle comptabilise les projets de nouvelles unités de production, centres de R&D, de logistique et l’énergie. Trendeo comptabilise à part les projets d’investissement en R&D et logistique, qui ne sont pas inclus dans la comptabilisation de l’indicateur « ouvertures et fermetures d’usines », limité aux activités de fabrication et à la production d’énergie.

Le calendrier

L’indicateur Usine Nouvelle ne compte, pour la partie ouverture, que des inaugurations de sites, pas des annonces. C’est donc un indicateur moins avancé que celui de Trendeo, qui recense des annonces au moment où elles sont faites (et qui se concrétiseront généralement avec un délai de 6 à 24 mois). A noter, l’Usine Nouvelle indique cependant comptabiliser, dans la partie fermetures, les fermetures (effectives) mais aussi les menaces de fermetures.

Les sources

L’Usine Nouvelle reprend les données publiées par le journal lui-même, depuis le début de l’année. Trendeo opère à partir d’une base plus large, dans laquelle l’Usine Nouvelle ne représente que 5% des informations collectées, les autres informations provenant de la presse quotidienne régionale ou d’autres titres de la presse économique.

Comparaison des résultats

L’indicateur Usine Nouvelle est publié depuis trois années, l’historique des publications permet de retracer son évolution :

Données Usine Nouvelle (fabrication, énergie, logistique, R&D)

Le solde des nouvelles usines et des fermetures est donc positif et croissant depuis 2017. Le décompte des fermetures est très stable et, dans l’ensemble, les données de créations et fermetures de sites de l’Usine Nouvelle portent sur un plus petit nombre événements (305 en trois ans pour l’Usine Nouvelle, 971 pour Trendeo).

L’indicateur Trendeo est plutôt orienté à la baisse sur la période 2017-2019 :

Indicateur Trendeo des ouvertures et fermetures d’usines (incluant les sites de production d’énergie)

En intégrant un périmètre élargi à la logistique et la R&D, un indicateur Trendeo resterait positif en 2019, avec cependant une baisse également régulière sur la période 2017-2019.

Indicateur Trendeo des ouvertures et fermetures de sites, élargi  à l’industrie, la R&D, la logistique et les activités de production d’énergie.

A cet indicateur, l’Usine Nouvelle ajoute un indicateur étendu, ou des données complémentaires, qui permettent de suivre, en plus des nouvelles usines, les extensions de capacité et les projets de modernisation.

L’Usine Nouvelle décompte un total de 373 projets de nouvelles capacités de production sur la période 2017-2019. Trendeo regroupe en une seule catégorie les extensions et projets de modernisation. Sur la période 2017-2019, ce sont 2 223 projets qui ont été recensés par Trendeo.

Données Usine Nouvelle, créations et extensions (industrie, logistique, R&D, énergie)

Données Trendeo, créations et extensions (industrie, logistique, R&D, énergie)

*

En conclusion, il n’est pas possible de dire quel indicateur est plus valide que l’autre. L’indicateur Trendeo, qui prend en compte des annonces, est peut-être juste en avance dans le temps par rapport à l’indicateur Usine Nouvelle, ne qui prend en compte, pour la partie positive, des réalisations. L’indicateur Trendeo étant cependant assis sur un nombre de sources et d’événements plus large, il n’est cependant pas impossible qu’il soit plus sensible aux variations de la conjoncture.

[1] https://www.usinenouvelle.com/editorial/bilan-industriel-2019-il-s-ouvre-de-plus-en-plus-d-usines-en-france.N913614