Nous venons de mettre en ligne notre analyse de l’économie française en 2018. Comme nous l’écrivons en introduction, à s’en tenir aux données de l’année 2018, le ralentissement de l’économie française, est limité.

Plusieurs indicatifs sont à des niveaux positifs :

  • Les créations nettes d’emplois sont en baisse par rapport à 2017, mais restent supérieures aux niveaux atteints en 2015 et 2016.
  • L’industrie manufacturière, qui était le principal secteur victime de pertes d’emplois en 2009, reste à un bon niveau. La plupart des secteurs industriels ont évolué positivement si l’on compare deux périodes, 2009-2013 et 2014-2018. Les ouvertures d’usines restent supérieures aux fermetures en 2018.
  • Les startups atteignent un montant record de levées de fonds.
  • Le secteur des banques et de l’assurance sort du rouge et crée des emplois, pour la première fois depuis 2013.

Malgré cela, quelques signes sont inquiétants.

  • En valeur absolue, la dégradation des créations d’emplois, 28 000 créations nettes en moins par rapport à 2017, est la plus forte depuis 2009. Une part importante de cette dégradation est liée au secteur du commerce.
  • En fin d’année, les trois derniers mois ont vu notre indicateur usines se dégrader et passer en négatif.

L’analyse du comportement des entreprises du CAC 40 montre que la situation difficile de l’emploi peut provenir plus d’une langueur à investir que d’une ardeur à supprimer des emplois.

Au vu de l’ensemble de ces points, il est difficile de prédire si 2019 sera une année de reprise, après une pause en 2018, ou si la baisse de régime de 2018 se prolongera, voire s’amplifiera, en 2018.

Une bonne raison pour suivre en continu nos données tout au long de l’année…

La présentation complète de l’année 2018 par Trendeo est consultable en ligne.