International

Accueil/International

décembre 2009

Paris, dixième ville "verte" européenne

2016-11-04T12:39:40+00:00 11 décembre 2009|International, Sources, Veille|

Siemens, en collaboration avec The Economist intelligence Unit, a publié récemment un classement des villes vertes européennes. 30 villes européennes y sont notées selon des critères tels que les rejets de CO2, le réseau de transports (notamment la part des déplacements en transports publics), la qualité des immeubles (normes de construction, consommation moyenne) et de l'eau ou la gestion des déchets. En tout ce sont 30 indicateurs qui ont été collectés pour chaque ville. Paris est donc en dixième position (seule ville française du classement), les seules autres "grandes" villes européennes mieux classées étant Bruxelles et Berlin (Londres est onzième). Parmi les conclusions du rapport, on trouve une prépondérance des villes nordiques, plus "vertes" que les autres, et une corrélation entre le PIB par habitant et le respect pour l'environnement. Un dossier très complet de 51 pages est téléchargeable sur le site. Le site Siemens European green city index Source : Euractiv

octobre 2009

Paris deuxième ville d'affaires européenne derrière Londres

2016-11-04T12:39:59+00:00 6 octobre 2009|International, Sources, Territoires|

Cushman & Wakefield, groupe d'immobilier d'affaires, a publié ce matin son édition 2009 du European Cities Monitor. Il s'agit de classer 34 villes européennes selon leur attractivité. L'étude de Cushman & Wakefield repose sur une enquête menée par entretiens auprès de 500 grandes sociétés européennes. Paris est en deuxième position, derrière Londres, en position inchangée. Seule Lyon, parmi les villes françaises, arrive à se placer dans le classement, en 19 ème position, alors que 5 villes allemandes et 5 villes britanniques y figurent. Quatre villes françaises figurent parmi les villes qui ne figurent pas dans le classement mais ont été citées par des répondants : Marseille, Lille, Bordeaux et Nice. On peut aussi noter, parmi d'autres points intéressants abordés par l'étude, que trois villes de l'est de l'Europe arrivent en première position lorsqu'il s'agit d'interroger les sociétés sur leurs projets d'expansion en Europe : Varsovie, Moscou et Bucarest. Paris arrive juste derrière, devant Londres et Bruxelles. Pour télécharger l'étude sur le site de Cushman & Wakefield

septembre 2008

Visualisation : les investissements internationaux dans le monde, 2001-2006

2016-11-04T12:40:00+00:00 15 septembre 2008|International, Outils|

Les investissements internationaux dans le monde sont mesurés par la Conférence des Nations-Unies sur le Commerce et le développement (CNUCED). Les données sont accessibles (après inscription gratuite) sur un site un peu délicat à manipuler, mais très performant dans les options qu'il offre. On obtient donc assez facilement des données sur les pays qui reçoivent (ou émettent) des investissements internationaux. Les données présentés ici sont les investissements reçus par les différents pays. Ces données sont monétaires (en millions de dollars). Pour lisser les évolutions annuelles, les résultats cumulées 2001-2006 ont été utilisés. Pour visualiser les valeurs obtenues, plusieurs choix sont possibles, du plus classique au plus innovant. Le site Many Eyes, d'IBM, permet précisément de réaliser rapidement toutes sortes de graphiques. On peut commencer par une carte géographique : C'est propre et agrémenté d'une échelle qui permet d'estimer les données pour chaque pays, mais la mappemonde tend à gommer les disparités. Une répartition en surfaces proportionnelles est sans doute plus parlante : Une utilisation du wordle est aussi possible. Les mots sont représentés de façon proportionnelle à la valeur qui leur est attachée. Même si cette représentation ne donne aucune idée des montants en jeu, c'est sans doute la plus frappante :

juin 2008

Présentation publique du programme d’accompagnement à l’arrivée du haut débit en Polynésie

2016-11-04T12:40:19+00:00 15 juin 2008|International, Missions, Territoires|

ECONOMIE NUMERIQUE - Le câble HONOTUA en 2010 ? Et, après ? Communiqué de presse publié sur le site de la Présidence polynésienne Trois experts des sociétés de l'IDATE et ITD-Eu ont restitué, en présence de Gaston Tong Sang, Président de la Polynésie Française, les résultats de deux études menées à savoir la première sur l'impact économique de la mise en place du câble HONOTUA et la seconde portant plus spécifiquement sur le ciblage et le dimensionnement du village « pôle de compétitivité ». Un représentant du Haut commissaire, les élus de l'Assemblée territoriale de la Polynésie Française, les ministres du gouvernement et des représentants de la société civile ont également participé à cette réunion. Dans son discours d'accueil, le Président a tout d'abord souligné que le 21ème siècle était celui de la communication. Il a précisé que si l'isolement géographique de la Polynésie Française était un handicap pour les entreprises exportatrices, en revanche, l'arrivée du câble HONOTUA permet de s'affranchir des distances et de rivaliser ainsi à armes égales avec celles du monde entier. « Nous ne pouvons ni nous ne devons rester à l'écart du mouvement mondial » a t-il insisté. Georges Puchon, ministre en charge du développement de l'économie numérique, a quant à lui indiqué que les quelques éléments présentés faisaient parti d'un schéma global de [...]

mai 2008

Classement international de la qualité de la vie

2016-11-04T12:40:19+00:00 12 mai 2008|International, Sources, Territoires|

International Living est une société irlandaise qui a commencé en publiant une newsletter pour choisir son lieu d'expatriation. Il s'agit, pour les lecteurs, de bénéficier du meilleur arbitrage entre qualité des services (santé, loisirs, éducation...) et coût de la vie. La société revendique 400 000 abonnés à sa newsletter et compte près de deux cent correspondants internationaux qui transmettent les nouveautés sur plus de deux cent pays du monde. Depuis deux ans, International Living publie un classement des pays les plus agréables (indicateur de la qualité de la vie). L'indice est principalement constitué d'indicateurs numériques pondérés comme suit : - Coût de la vie : 15% (Source : Indice du coût de la vie pour un expatrié publié par le Département d'Etat américain, et prise en compte du taux d'impôt sur le revenu), - Economie : 15% (une série d'indicateurs macroéconomiques comme le PIB, le PIB par habitant, le taux de croissance...) - Environnement : 10% (part du territoire classée en zone protégée, émissions de gaz à effet de serre par habitant...) - Culture et loisirs : 10% (taux de lecture de la presse, fréquentation des musées, taux d'alphabétisation, plus un indicateur subjectif) - Liberté : 10% (Indicateur du degré de liberté politique, tiré de la fondation Freedom House) - Santé : 10% (nombre de lits et de médecins [...]

mars 2008

L'attractivité des pays européens vue par l'Université de Navarre

2016-11-04T12:40:19+00:00 26 mars 2008|International, Territoires, Veille|

Un classement de l’attractivité des pays d’Europe de l’est, publié par des étudiants de l’IESE, école de gestion de l’Université de Navarre, place la Hongrie au premier rang des destinations d'Europe centrale pour les investisseurs. Parmi l'ensemble des pays européens, ce sont l'Irlande, puis le Luxembourg et le Royaume-Uni qui sont le mieux notés. Le classement prend en compte une batterie d’indicateurs principaux et de sous-indicateurs, parmi lesquels le taux de croissance, la protection des investissements, la taille du marché financier, la fiscalité (cf. le résumé sur le site de l’ESIE, ou une version plus complète). Les données sont analysées en détail pour les pays d’Europe centrale et de l’est, mais elles ont été calculées, pour référence, pour tous les pays européens. L’occasion de constater que la France figure au seizième rang des destinations les plus attractives dans l’ensemble de l’Europe. Ceci tendrait à indiquer que si ces indicateurs sont corrects, ils reflètent sans doute plus une dynamique future que les tendances actuelles. En effet, selon le dernier classement européen des investissements étrangers en Europe, publié par Ernst & Young, la France se situe au deuxième rang des destinations préférées par les investisseurs, derrière le Royaume-Uni, la Hongrie n’étant que onzième. Comme souvent en matière de classements internationaux, il semble que le premier critère de choix des investisseurs, fréquemment [...]

février 2008

Un indicateur du potentiel scientifique d’un pays à travers ses publications

2016-11-04T12:40:19+00:00 12 février 2008|International, Outils|

Scimago est un projet de recherche universitaire espagnol, consacré à des projets de visualisation des données et statistiques scientifiques. L'une des applications mise en ligne, le Scimago journal & country rank, permet de classer les revues scientifiques en fonction des citations réciproques (un algorithme identique au Page rank de Google est utilisé pour cela). La base Scopus est utilisée comme référence pour les citations. On peut également comparer les pays en fonction de leurs publications. Le site propose de comparer les publications scientifiques de différents pays, jusqu'à quatre simultanément. Par exemple, pour quatre pays voisins de l'Afrique noire francophone : Ce premier graphique donne une tendance et montre les progrès du Burkina Faso, qui se place au premier rang pour le nombre de publications citées en 2006. Un autre graphique, qui donne l'index de Hirsch, permet un classement du poids global des publications, pour lequel la Côte d'Ivoire - pour conserver ces quatre pays, conserve une première place : Pour analyser le contenu de ces publications, le site propose également une décomposition par discipline. Certains graphismes ne sont pas encore disponibles (citations réciproques), et parmi ceux qui le sont, certains ne sont accessibles que pour les grands pays. Par exemple, ce graphique en bulles pour les publications françaises, qui place le secteur des sciences médicales au premier rang de [...]

La France dixième dans un classement mondial des performances environnementales

2016-11-04T12:40:19+00:00 4 février 2008|International, Territoires|

L'université de Yale a publié un classement des performances environnementales de 149 pays, selon 25 critères qui vont de la qualité de l'eau potable (% de la population qui ont accès à de l'eau potable) à la quantité de CO² rejeté en passant par les subventions agricoles. Pour la France, les plus mauvais scores sont dûs à la protection des espèces marines (selon la méthodologie adoptée, la part protégée des eaux territoriales françaises est trop faible), ou à une réglementation contre les pesticides insuffisante. Il reste que le classement français est plutôt favorable, si on le compare au classement de l'Allemagne (13ème), du Royaume-Uni (14ème) ou des Etats-Unis (39ème). La Belgique est apparement choquée de sa 57ème place. On peut aussi relever que les douze derniers pays sont africains. Le site internet créé pour l'occasion offre de nombreuses possibilités de navigation et une cartographie des résultats : Au delà des classements, le rapport entend jouer un rôle de sensibilisation des dirigeants de la planète, en soulignant quelques faits saillants remarquables, tels que le fait que la Chine a dépassé les USA pour la quantité de gaz à effet de serre émis ou le rythme alarmant de fonte de la glace arctique. Le rapport a été rédigé par le centre d'étude des politiques de l'environnement de l'université de Yale.

Load More Posts