Les réseaux sociaux professionnels sont, pour l’utilisateur, un moyen de suivre l’évolution de ses relations (changements d’activité, de poste, de ville…), mais aussi de faciliter l’entrée en contact avec de nouvelles personnes, par un ciblage fin (choix de communautés professionnelles ou géographiques).  L’utilisation de ces réseaux suppose une bonne familiarité avec Internet. Suivre le succès de réseaux professionnels comme LinkedIn dans différents pays, et au sein d’un pays, sur différents territoires, est un indicateur intéressant de l’ouverture d’une population aux nouvelles technologies.

LinkedIn permet de rechercher quel est le nombre d’utilisateurs inscrits dans un pays donné, ou à proximité d’un code postal donné. Cette fonction a été utilisée pour comparer le nombre d’utilisateurs inscrits à la population et mesurer ainsi le degré de présence sur LinkedIn de différentes populations nationales, puis de villes françaises.

Quelques résultats sont ici présentés.

La méthodologie

LinkedIn est un réseau social plus professionnel que Facebook, réseau très orienté vers les loisirs (11% des utilisateurs de LinkedIn ont moins de 26 ans, contre 69% pour Facebook[1]). Il couvre un grand nombre pays et revendique près de 12 millions d’utilisateurs[2]. Pour comparer la présence de différents pays sur LinkedIn, il faut supposer que les parts de marché de ce réseau social sont constantes (le taux d’équipement des ménages en voitures à travers le monde ne peut pas se fonder sur les statistiques de vente d’une seule marque). Les réseaux concurrents sont cependant peu nombreux, et l’on peut considérer  que LinkedIn est un indicateur intéressant en première approche. Il faudrait en effet tenir compte des concurrents locaux. En France, par exemple, Viadeo est un concurrent sérieux de LinkedIn. Il est cependant quasi exclusivement limité à la France, et les comparaisons entre pays seraient impossibles avec ce seul réseau. Par ailleurs, Viadeo ne permet pas d’afficher le nombre d’utilisateurs d’une zone géographique donnée lorsque ce nombre est supérieur à 10 000. Il ne permet donc pas les comparaisons entre villes françaises.

Les populations nationales sur LinkedIn

Premier constat : la population française est plutôt bien connectée, par rapport aux autres pays européens non anglophones. Avec presque 1% de sa population sur LinkedIn, la France fait mieux que l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne. La Suède fait encore mieux que le Royaume-Uni. Le Japon a un très faible pourcentage, mais d’autres réseaux sociaux sont, là bas, très populaires, comme Mixi[3], qui revendique 15 millions d’utilisateurs (environ 11% de la population japonaise). Mixi est aussi très spécifique puisque 95% des utilisateurs y sont anonymes[4].

Part de la population inscrite sur LinkedIn

Population dont sur Linkedin %
Etats-Unis

303 824 646

15 753 388

5,19%

Suède

9 045 389

295 508

3,27%

Royaume-Uni

60 943 912

1 676 058

2,75%

Israël

7 112 359

150 471

2,12%

France

64 057 790

601 053

0,94%

Italie

58 145 321

483 326

0,83%

Espagne

40 491 052

298 123

0,74%

Allemagne

82 369 548

377 279

0,46%

Liban

3 971 941

14 937

0,38%

Brésil

191 908 598

383 782

0,20%

Inde

1 147 995 898

1 332 454

0,12%

Japon

127 288 419

94 484

0,07%

Corée du Sud

49 232 844

28 061

0,06%

Indonésie

237 512 355

60 315

0,03%

Iran

65 875 223

11 512

0,02%

Chine

1 330 044 605

156 773

0,01%

Burkina Faso

15 264 735

559

0,004%

Données Trendeo

Les villes françaises sur LinkedIn

LinkedIn permet de sélectionner les utilisateurs à moins de 15 kilomètres d’un code postal donné, ou à 40 kilomètres d’un code postal donné. Nous avons rapporté, pour les plus grandes villes françaises, la population de la commune à celle des utilisateurs distants de 15 kilomètres du code postal. Nous avons également rapporté la population de l’aire urbaine à celle des utilisateurs distants de 40 kilomètres du code postal central.

Ces deux indicateurs permettent de pallier le fait que selon la configuration et la densité de la commune et/ou de l’aire urbaine, les résultats peuvent être biaisés. Par exemple, le taux d’utilisateurs de l’aire urbaine de Saint-Étienne (à 40 kms du code postal 42 000), anormalement élevé, doit inclure une bonne part d’utilisateurs lyonnais. Le taux de la commune semble, dans ce cas, bien plus exact.

Quelques résultats intéressants : de façon générale, le taux communal est plus élevé que le taux de l’aire urbaine, ce qui tendrait à montrer que les périphéries urbaines sont moins connectées.

Le tableau classe les villes selon leur population communale. Les villes les plus importantes sont aussi les plus connectées, en règle générale, à commencer par Paris, en tête du classement. Il existe cependant deux exceptions notables. La première est le classement de Grenoble, très proche du taux parisien, autant pour la commune que pour l’aire urbaine. L’orientation TIC de Grenoble est sans doute ici reflétée. En sens inverse, Marseille, deuxième commune française, ou troisième aire urbaine, apparaît comme très peu connectée.

Part de la population inscrite sur LinkedIn

Commune Aire urbaine
Paris

4,3%

2,9%

Marseille

0,6%

0,7%

Lyon

3,2%

1,3%

Toulouse

2,1%

1,2%

Nice

2,0%

1,5%

Nantes

1,8%

0,8%

Strasbourg

2,0%

1,2%

Montpellier

1,7%

1,1%

Bordeaux

2,4%

0,8%

Lille

3,7%

2,3%

Rennes

2,1%

1,9%

Reims

0,6%

0,7%

Le Havre

0,4%

0,4%

Saint-Étienne

0,3%

4,8%

Toulon

0,6%

0,4%

Grenoble

4,0%

2,7%

Angers

0,9%

0,5%

Dijon

0,8%

0,5%

Brest

0,7%

0,6%

Nîmes

0,4%

1,7%

Le Mans

0,7%

0,6%

Données Trendeo

Données LinkedIn relevées à mi-décembre 2008

Population communale : estimations INSEE 2005

Populations aire urbaine : INSEE 1999


Conclusion : LinkedIn est un outil professionnel particulièrement intéressant. Si sa couverture reste limitée, en pourcentage de la population, il est utilisé sur tout le territoire. Les distorsions entre taux d’inscription dans les grandes villes reflètent les diversités du territoire français.


[1] http://business.rapleaf.com/company_press_2007_11_12.html

[2] http://nielsen-online.com/blog/2008/10/22/for-social-networks-there%E2%80%99s-still-room-to-play/

[3] http://mixi.jp

[4] http://www.techcrunch.com/2008/07/20/japans-mixi-a-social-network-as-a-purely-local-phenomenon