Les zones plus ou moins dynamiques pour l’emploi industriel en France

Accueil/Conjoncture, Industrie, métropoles, Observatoire de l'investissement Trendeo, Territoires, Trendeo/Les zones plus ou moins dynamiques pour l’emploi industriel en France

Suite de notre série sur les écosystèmes industriels en milieu métropolitain.  Le billet précédent montrait que l’emploi industriel est nettement moins concentré dans les grandes villes que ne le sont les startups. Ici nous montrons que par rapport à leur population employée, ce sont des villes moyennes qui sont championnes de l’emploi industriel.

Nous avons utilisé, pour les emplois industriels, le même indicateur de sur-représentation que pour les startups, en rapportant la part des emplois industriels accueillis dans une zone d’emploi à la population employée fin 2008. Dans les zones d’emplois qui ont accueilli le plus d’emplois industriels de 2009 à 2017, on voit apparaître des champions de taille moyenne ou petite, avec Vitré en première position.

zones industrie dynamique

Les vingt premières zones d’emploi pour les emplois industriels accueillis en fonction de leur population employée. Les deux dernières colonnes donnent la première entreprise responsable des créations d’emplois industriels de la zone, lorsqu’elle a créé plus de 20% des emplois industriels locaux. Sinon la zone est notée comme “diversifiée”.

Il est parfois facile d’identifier les secteurs ou même les entreprises responsables de cette bonne position : Airbus et STX à Saint-Nazaire, Airbus à Toulouse, Dassault et Airbus à Bordeaux, PSA pour Belfort… Dans d’autres zones, aucun groupe n’est responsable de plus de 20% des emplois industriels créés, ce qui montre un vrai dynamisme industriel local, comme à Sarreguemines ou au Creusot.

Les 20 zones les moins dynamiques en termes d’accueil des emplois industriels mettent en évidence des zones franciliennes. Mais, on trouve d’autres métropoles dans les zones où la part des emplois industriels est plus faible que la part de la population employée, et pas seulement dans le sud, historiquement moins industrialisé : Marseille (-70%), Clermont-Ferrand (-65%), Poitiers (-65%), Orléans (-63%), Lille (-63%), Toulon (-63%), Dijon (-50%), Lyon (-44%)…

zones industrie peu dynamique

Les vingt dernières zones d’emploi pour les emplois industriels accueillis en fonction de leur population employée.

Billet suivant : L’écosystème Airbus à Toulouse …