L’investissement étranger en France, quelques données pour 2009-2012

/, Trendeo/L’investissement étranger en France, quelques données pour 2009-2012

 

créations et suppressions d'emplois en France

Graphique 1. : Solde mensuel des annonces de créations et suppressions d’emplois en France 2009-2012.

 

Les différents pays étrangers n’ont pas le même comportement. Comme le montre le graphique 2 ci-dessous, les investisseurs américains ont supprimé plus de 5000 emplois depuis 2009 (après un maximum de 14000 emplois supprimés en juin 2010). Les investisseurs britanniques ont supprimé un total de 2700 emplois depuis 2009, après un maximum de 4000 emplois supprimés en mai 2010.

L’Allemagne est revenue à une centaine d’emplois au-dessus de son niveau de 2009, après un maximum de près de 5000 emplois supprimés en novembre 2009, comme la Belgique avec presque 700 emplois créés depuis 2009.

Le Japon et la Chine, depuis 2009, ont presque toujours créé plus d’emplois qu’ils n’en ont supprimés, pour un montant cumulé de respectivement 1800 et 1900 emplois.

Solde net des emplois créés par pays d'origine

Graphique 2. : Solde cumulé des emplois créés et supprimés en France depuis janvier 2009,
par pays d’origine des investisseurs.

 

[framed_box rounded= »true »]Parmi les annonces récentes de fermetures de sites par des investisseurs étrangers, on trouve : Le suisse Petroplus à Petit-Couronne (550 salariés), le suédois Electrolux à Revin (430 salariés) sont connus. On trouve également des sites plus petits comme celui du fabricant américain de cosmétiques Revlon à Bezons (61 emplois) ou celui du chauffagiste néerlandais Baxi à Villeneuve-Saint-Germain dans l’Aisne (150 emplois). Des annonces de réductions d’effectifs ont également été enregistrées : 50 emplois à Puy-Guillaume dans la verrerie de l’américain O-I Manufacturing, ou 163 emplois dans le réseau français du spécialiste néerlandais du travail temporaire Randstadt.[/framed_box]

Il convient enfin de noter qu’une différence importante de comportement entre investisseurs français et étrangers réside dans la part de l’industrie dans les emplois supprimés : 76% des emplois supprimés par des entreprises étrangères depuis 2009 sont dans l’industrie, alors que ce taux n’est que de 30% pour les entreprises françaises. Alors que les entreprises étrangères représentent environ 17% de l’industrie en France, elles ont supprimé 36% des emplois perdus dans les secteurs industriels depuis 2009 (165 000 suppressions par des entreprises françaises, 91 000 par des entreprises étrangères).

2016-11-04T17:51:26+00:0021 décembre 2012|Observatoire de l'investissement Trendeo, Trendeo|