Un tassement plus qu’une inflexion

//Un tassement plus qu’une inflexion

L’économie française est au ralenti et les données INSEE de septembre montrent une baisse des embauches dans plusieurs secteurs.

Les données collectées par Trendeo s’inscrivent dans cette tendance, avec des créations d’emplois moins nombreuses et des suppressions d’emplois stables ou en très faible hausse.

Il s’agit donc plutôt d’un ralentissement que d’un retour à la crise. L’un des signaux encourageants qui ressort de nos données est la poursuite du dynamisme de l’industrie – qui se lit dans les créations d’emplois comme dans notre indicateur usines.

L’analyse de l’évolution des emplois par secteurs incite d’ailleurs à se demander si la France ne s’inscrit pas dans un modèle de développement à l’allemande. Les efforts en faveur de l’offre aboutissent à une compétitivité industrielle bénéfique – même si la balance commerciale n’en bénéficie pas encore à plein. Une certaine sagesse de la demande pèse, en sens inverse, sur des secteurs comme le commerce. La réduction de l’emploi public, qui doit faciliter la modération fiscale, est enfin la marque d’un arbitrage en faveur de l’offre.

Ces éléments macroéconomiques doivent s’apprécier aussi par rapport à des évolutions sectorielles et territoriales : l’industrie en France c’est, en grande part, l’automobile. La reprise observée dans ce secteur profite à des régions qui avaient été très touchées depuis 2009, comme Belfort. On ne revient pas, cependant, à une carte de France sur le modèle de la « banane bleue » des années 90 : peu de zones d’emplois du Grand Est figurent ainsi dans notre palmarès des zones d’emplois par type d’activité.

Parmi les signes positifs qui ressortent de nos données en cette fin de troisième trimestre, figure la fin des pertes d’emplois massives dans le secteur bancaire, le maintien de l’emploi dans les grandes entreprises et dans l’industrie.

Il y a donc, on le voit, certains signes encourageants pour l’année 2019. Il reste d’un point de vue macroéconomique, que la recherche de la croissance par la compétitivité extérieure est d’autant moins rentable qu’elle est l’objectif d’un plus grand nombre de joueurs. Il y a donc aussi des raisons qui font que l’on ne doit pas s’attendre, s’il y a un rebond de l’économie, à ce qu’il soit de forte intensité.

Dans ce contexte d’incertitude, nous sommes heureux d’avoir participé à mettre en valeur, pour l’occasion du salon Parcours France, les 200 entreprises qui ont, de juin 2017 à juin 2018, créé le plus d’emploi en France. Plusieurs d’entre elles seront présentes pour une cérémonie le 4 octobre au Palais Brongniart.

Vous pouvez enfin utiliser le formulaire de contact du site pour nous demander à recevoir cette note.

Nous contacter
2018-10-11T17:09:00+00:003 octobre 2018|Trendeo|