Ajout des bassins d’emploi à l’observatoire des investissements de Trendeo

//Ajout des bassins d’emploi à l’observatoire des investissements de Trendeo

L’observatoire des investissements recense les annonces d’investissements et de désinvestissements sur tout le territoire (les départements et collectivités d’outre-mer seront intégrés à partir de janvier 2010). Jusqu’ici les informations étaient disponibles par commune, département et région. Nous venons d’ajouter la possibilité d’analyser les données recensées par bassin d’emploi (zones d’emplois telles que définies par l’INSEE).

Cette fonctionnalité va permettre de comparer l’attractivité de différentes zones avec un découpage de taille pertinente, entre la commune, trop petite et le département. Les zones d’emploi découpent le territoire français en 364 bassins d’activité économique homogènes par rapport aux actifs employés.

Depuis le premier janvier, les données collectées permettent d’identifier les zones d’emploi les plus actives, tant dans le sens des investissements que des désinvestissements (en ajoutant les emplois créés et les emplois supprimés en valeur absolue). Les résultats sont très contrastés.

Pour les dix bassins d’emplois pour lesquels nous avons relevé le plus de mouvements (cf. tableau ci-dessous), Paris perd près de 15 500 emplois. Nanterre est dans une situation beaucoup moins négative puisque les suppressions d’emplois sont presque équilibrées par des créations. Saint-Denis obtient un résultat très positif, principalement grâce à l’arrivée de 3 200 salariés de BNP Paribas. Metz est très affecté par le plan de restructuration des armées, avec plus de 4 500 suppressions d’emplois nets annoncées (hors emplois défense, Metz affiche un solde positif de 200 créations d’emplois). Dans une moindre mesure, Versailles est victime du même phénomène puisque près de 1 800 postes nets vont être supprimés, dans le cadre de la nouvelle carte des implantations du Ministère de la Défense.

Trendeo publiera début janvier une analyse complète de l’année 2009. Toutes ces données sont immédiatement accessibles pour les abonnés de l’observatoire de l’investissement.

Rang Bassin d’emploi Emplois créés Emplois supprimés Solde net
1 Paris 1 024 16 513 – 15 489
2 Nanterre 7 376 8 218 – 842
3 Lyon 4 747 4 387 360
4 Toulouse 3 287 4 453 – 1 166
5 Bordeaux-Zone-Centrale 3 519 3 567 – 48
6 Saint-Denis 4 890 1 969 2 921
7 Metz 703 5 269 – 4 566
8 Lille 3 166 1 910 1 256
9 Nantes 2 523 2 474 49
10 Versailles 512 3 949 – 3 437

*

La définition des zones d’emploi par l’INSEE :

Une zone d’emploi est un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent. Effectué conjointement par l’Insee et les services statistiques du Ministère en charge du travail, le découpage en zones d’emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur l’emploi et son environnement.
Les déplacements domicile-travail constituent la variable de base pour la détermination de ce zonage. Le découpage respecte nécessairement les limites régionales, et le plus souvent les limites cantonales (et donc a fortiori départementales). Il était recommandé de ne pas créer de zones réunissant moins de 25 000 actifs. Ce zonage est défini à la fois pour la France métropolitaine et les DOM.

2016-11-04T12:39:40+00:0017 décembre 2009|Territoires|