Concentration des levées de fonds en France et aux États-Unis, une rapide comparaison

Accueil/Trendeo/Concentration des levées de fonds en France et aux États-Unis, une rapide comparaison

A la suite de notre article sur la métropolisation comparée dans l’industrie et pour les startups, un article de Richard Florida sur la répartition géographique des levées de fonds aux États-Unis (Venture Capital Remains Highly Concentrated in Just a Few Cities) a éveillé notre intérêt.

Puisque nous nous étions penchés sur la forte répartition des startups en France, nettement plus concentrées que les activités industrielles, l’occasion était belle de comparer avec la situation des États-Unis, en profitant des données fournies par Richard Florida. L’essentiel de son article consiste à montrer que malgré les efforts de villes comme Portland ou Pittsburgh pour attirer des startups, l’écosystème américain reste centré sur deux grandes zones, à l’ouest et à l’est.

Pour mettre en évidence cette concentration, Florida donne la part des 20 premières métropoles américaines dans les levées de fonds recensées en 2016, à l’aide de données Pitchbook. Nous avons, de notre côté, utilisé les données collectées par notre observatoire de l’emploi et de l’investissement en France, de 2014 à 2016, en retenant la zone d’emploi comme territoire de référence. Le graphique ci-dessous donne, pour les 20 premiers rangs du classement des zones pour les levées de fond, la part de chacune des zones retenue, aux États-Unis (en bleu) et en France (en orange).

france usa levées de fonds trendeo

 

Quelques points intéressants peuvent être relevés :

  • la concentration est plus forte en France à première vue, avec une part de la zone d’emploi de Paris bien plus élevée que celle de San Francisco pour les États-Unis ;
  • ce sont les quatre zones françaises classées derrière Paris qui pèsent moins que leurs homologues américaines de même rang, dès le sixième rang, le poids des zones françaises est le même que celui des zones américaines ;
  • le classement des zones en fonction du montant des levées de fonds, ni en France, ni aux États-Unis, ne reproduit celui de la population. On voit donc apparaître des zones très peu peuplées, en France comme aux États-Unis, avec probablement pour chaque cas des explications  spécifiques (Provo, 98ème zone américaine, ou Lannion, au 190ème rang des zones d’emploi française pour la population employée).

On peut discuter de la pertinence des découpages, et estimer par exemple que Marseille et Aix constituent une seule zone métropolitaine (même chose pour Salt Lake City et Provo-Orem, par exemple, dans le même état et distantes d’une soixantaine de kilomètres).

Nous avons donc, pour prolonger l’analyse, comparé la distribution régionale des levées de fonds aux USA et en France, en prenant l’état et la région comme zones de références. Les données américaines utilisées sont celles du Money Tree 2016, collectées par PriceWaterHouseCoopers. Pour la France, les données sont toujours celles de l’observatoire Trendeo.

Le deuxième graphique, ci-dessous, montre une répartition différente au niveau régional.

 

france usa levées de fonds trendeo regions

 

là encore, quelques remarques :

  • La concentration est moins forte. La première région française, l’Île-de-France, est plus proche de la part de la première région américaine, la Californie, que Paris ne l’était de San Francisco ;
  • Dès le quatrième rang, les « parts de marché » sont très similaires en France et aux États-Unis ;
  • Le classement selon les montants de fonds levés ne reproduit pas, ni en France ni aux États-Unis, le classement par population. En France, l’Occitanie et la Provence-Alpes-Côte d’azur sont mieux classées que leur rang par population. Aux États-Unis, dans les premières places, le Massachusetts, la Virginie et, dans une moindre mesure, New York, surperforment leur rang par population.

 

Ces quelques remarques montrent que la concentration des levées de fonds aux États-Unis, jugée très forte par Richard Florida, l’est encore plus pour la France. Le phénomène est plus marqué quand on prend la métropole ou zone d’emploi comme une zone de référence, il s’efface sans disparaître au niveau régional.

2017-10-07T18:05:27+00:00 7 octobre 2017|Trendeo|