Suite de notre série sur les écosystèmes industriels en milieu métropolitain.  Le billet précédent montrait que les emplois “en col blanc” du secteur industriel sont également métropolitains, par opposition aux emplois de production. Ici nous discutons des facteurs de localisation des investissements industriels.

Pour les startups, Paul Graham indiquait trois facteurs de localisation : des jeunes, des universités et des investisseurs.

Pour la localisation des activités industrielles, c’est beaucoup plus difficile notamment parce que les activités des entreprises industrielles sont spécialisées par grands sites. On peut tout de même relever plusieurs types de facteurs.

Dans un marché mondial ouvert, l’industrie se déploie géographiquement à des échelles diverses et il faut prendre en compte le marché de référence de chacune des industries considérées.

L’aéronautique est directement mondiale, au moins sur le segment des plus grands avions, d’autres industries sont plus locales. Certaines exigent une production localisée peu transportable, d’autres facilitent la concentration de la production mondiale sur quelques sites.

Dans les facteurs d’implantation des activités industrielles il faut donc considérer plusieurs niveaux qui s’enchevêtrent.

Au niveau international, on peut citer la fiscalité, le niveau des salaires, la qualité générale des infrastructures et de la formation.

Pour des choix de localisation plus fins, on va trouver des éléments très contingents, comme la présence d’un embranchement ferroviaire, d’embranchement autoroutier, d’accès portuaire, le prix du m², la capacité à recruter dans la spécialisation choisie, avec probablement plus de nécessité d’être à proximité de lieux de formation pour les non cadres. Il est plus facile de déplacer quelques cadres de haut niveau, sur un site industriel, que de recruter à distance l’ensemble des ouvriers.

Parmi les différents facteurs, certains sont spécifiques à chaque industrie : prix de transfert, pour les produits pharmaceutiques, transportabilité des produits, niveau de gamme (Devialet produit en France, un “lecteur de CD” à 1700 € ; même remarque pour Thermomix : une société allemande produit ainsi des robots ménagers en France, mais ils sont vendus plus de 1000 € pièce).

Les réglementations sur l’environnement sont aussi un facteur important, et les mesures du gouvernement Trump s’attachent à les rendre responsables de la désindustrialisation américaine.

Un graphique réalisé fin 2015 montrait également que les différents secteurs industriels français sont dans des dynamiques extrêmement différentes en termes d’emplois.

En abscisse, sur une échelle logarithmique, le ratio entre emplois créés et supprimés par secteur industriel, de 2009 à 2015. En ordonnée, le nombre d’emplois créés par le secteur de 2009 à 2015, sans les emplois supprimés – indicateur de la taille du secteur. L’imprimerie voit donc 10 emplois recrées pour 100 emplois supprimés, et un total d’environ un millier d’emplois créés depuis 2009. Le même graphique réalisé avec des données 206-2017 montrerait que des secteurs comme l’automobile sont repassés dans le vert, avec un nombre d’emplois créés supérieur au nombre d’emplois supprimés. Données observatoire Trendeo de l’emploi et de l’investissement.

On pourrait également spécifier des écosystèmes propres à chaque industrie.

Pour l’installation d’un data center par exemple, il faudra prendre en compte d’abord la sismicité du terrain, le prix de l’énergie, la présence de haut débit multi-opérateurs… Le coût du travail est en revanche à peu près indifférent, c’est une industrie très capitalistique.

Pour un écosystème robotique, un facteur important est la présence d’installateurs.

Il y a donc un grand nombre de paramètres à prendre en compte pour la localisation des activités industrielles.

L’évolution même de l’industrie peut cependant rendre la localisation dans des pays à fort niveau de vie plus intéressante. En ce sens, l’industrie du Futur pourrait rendre la localisation d’activités industrielles dans les pays développés plus attractive.

Billet suivant : L’industrie du futur